Afficher tous les 3 résultats

Show sidebar

Minéraux :

  • Minéraux . Un minéral se caractérise par ses propriétés physico-chimiques (test à l’eau, à l’acide chlorhydrique, sa résistance mécanique, ses propriétés optiques…), desquelles s’extraient de manière coutumière et emblématique sa dureté classée sur l’échelle de Mohs de 1 à 10 (sachant que 10 est le plus dur et 1 le moins dur) et sa formule chimique, celle-ci pouvant varier (cf. minéralogie). Dans certains types de site cristallochimique, plusieurs atomes peuvent parfois se remplacer en donnant lieu à des substitutions isomorphes. C’est le cas, par exemple, du fer et du magnésium dans l’olivine ou du sodium et du calcium dans les plagioclases. La composition d’un minéral est alors souvent comprise entre des extrêmes plus ou moins éloignés, tout composé intermédiaire faisant partie de la série. Par exemple, tout mica dont la composition est comprise entre celle de la phlogopite et celle de l’annite est une biotite.
  • Les variations admises dans la composition font que le minéralogiste considère volontiers les minéraux comme des espèces minérales, se caractérisant certes par ses propriétés physiques — les plus « visibles » ou « facilement observables » étant parfois la symétrie et la géométrie des angles, les clivages, les cassures et les éclats, les duretés, la résistance et les textures, la trace, la couleur, l’éclat, la transparence et l’indice de réfraction, la diaphanité ou l’opacité optique, la réflectance, la fluorescence ou la phosphorescence, la radioactivité naturelle — et chimiques – analyse, essai de chauffage au chalumeau, solvabilité…- , mais ne pouvant a priori pour le minéralogiste se confondre avec les corps simples ou composés chimiques recueillis, purifiés ou artificiellement fabriqués par le chimiste.
  • Certains critères minéralogiques permettent de décrire les minéraux mais ils sont parfois peu discriminants : couleur (minéraux de teinte claire ou sombre, seule la couleur brune verte de l’olivine étant caractéristique), forme (lorsqu’il présente ses formes cristallines propres, le minéral est dit automorphe, lorsque sa forme est limitée par la croissance de minéraux voisins, il est dit xénomorphe), éclat (éclat gras ou vitreux du quartz, éclat métallique du mica noir, éclat nacré du mica blanc), clivage (plan en feuillet, en gradin, en escalier).